Skip to main content

Panier

Saviez-vous que le vin a de réelles vertus pour la santé et le cœur ? En effet, ses antioxydants ont des effets cardioprotecteurs et aident à réduire le cholestérol. Bénéfique et sain oui, mais il faut prendre garde ; le vin reste un alcool qui faut consommer avec modération.   

De quoi est composé le vin ?

Issue directement des raisins, l’eau est l’élément majoritaire du vin. Le vin doit contenir au minimum 8,5% d’alcool et l’eau complète le pourcentage manquant. Suivant le degré d’alcool, l’eau est donc plus ou moins présente dans le vin. S’il y a 13% d’alcool dans la bouteille, alors elle sera composée à 87% d’eau.

Le deuxième ingrédient est donc l’alcool, principalement constitué d’alcool éthylique ou éthanol. Il est issu de la fermentation du raisin et apporte du gras au vin.

En d’infimes quantités et à la suite des procédés chimiques que subit le jus de raisin lors de sa fermentation, on retrouve dans le vin :

  • Sucres
  • Manganèse, nutriment essentiel à la formation des os.
  • Potassium
  • Magnésium
  • De la vitamine B2, B3, B6, K
  • Fer
  • Phosphore
  • Calcium
  • Zinc

Rappelons que ces ingrédients sont présents dans de très petites quantités. Le calcium d’un verre de vin par exemple, ne représente que 1% des Apports Journaliers Recommandés de calcium, ce qui est donc très insuffisant.

Côté calories, comptez 125 cal pour un verre de vin rouge de 14,8cl et 121 pour un verre de vin blanc. Le nombre de calories et de glucides dépend également du type de vin que vous buvez. S’il est moelleux ou sec, un vin n’aura pas le même taux de sucres ni d’apport calorique.

Les effets du vin sur le corps

Le French Paradox

Dans les années 70, le French Paradox intriguait. Comment la mortalité par maladie coronarienne pouvait-elle être moins importante en France qu’aux États-Unis ou au Royaume-Uni, alors que les Français consommaient plus de graisses animales et fumaient autant que les Américains ?

La réponse se trouvait certainement dans le vin. C’était là toute la différence dans leur alimentation ; les Français buvaient du vin. Si cette affirmation est aujourd’hui remise en question car n’a jamais été réellement prouvée, certaines qualités du vin sur le corps existent bel et bien, s’il est consommé avec modération et sans excès. Karen Rodriguez, nutritionniste, l’affirme. « Le vin rouge, comme le bordeaux, possède des vertus cardioprotectrices. Les tanins, plus ou moins présents, ont une action antithrombotique. Certains de leurs composants, comme le resvératrol, permettent de prévenir les caillots sanguins dans les vaisseaux. »

le vin est-il vraiment bon pour le corps ?

Vin et cholestérol

En 2016, une étude du professeur Dominique Bonnefont-Rousselot, spécialiste en biochimie métabolique et biologie médicale, indique que le vin rouge aurait des effets bénéfiques sur le cholestérol. Le resvératrol, un polyphénol – composé d’origine végétal aux vertus antioxydantes – serait un excellent antioxydant et empêcherait le mauvais cholestérol (LDL) de pénétrer la paroi artérielle. Si l’on ne le retrouve que dans le vin rouge, c’est parce qu’il est issu de la peau et des pépins des raisins, inutilisés lors de la confection d’un vin blanc.

« En augmentant le HDL et en diminuant le LDL, le vin a des effets au niveau de la coagulation, en inhibant l’agrégation plaquettaire et en réduisant le risque d’événements vasculaires. » garantit Elisa Sinibaldi, diététicienne et nutritionniste pour Gundo. Le vin peut donc aider lorsque l’on a du cholestérol mais ne comptez évidemment pas que sur ça pour soigner le problème.

Et le vin blanc alors ?

Le vin blanc augmenterait le taux de bon cholestérol (HDL) dans le sang. Néanmoins, les nutritionnistes préconisent le vin rouge qui aurait plus d’avantages pour le corps notamment grâce à sa teneur en polyphénols.

Lorsque l’on s’intéresse à la quantité de zinc, potassium, fer ou encore vitamines, présente dans le vin, le vin rouge possède un léger avantage car il en contient plus. Cependant, il est plus calorique que le vin blanc.

Si vous recherchez un vin à faible teneur en sucre, les blancs sont naturellement moins sucrés que les rouges (sauf si vous choisissez un moelleux !). Ils sont donc idéaux pour celles et ceux qui voudraient profiter d’un bon verre de vin sans se soucier d’un excès de sucre.

Quelle consommation de vin pour rester en bonne santé?

L’étude MONICA (Multinational mONItoring of trends and determinants of CArdiovascular diseases) dirigée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), démontre une forte diminution de la mortalité cardiovasculaires et de bons effets sur la santé des personnes qui boivent du vin modérément. Boire de façon modérée, c’est boire 1 à 2 verres par jour, soit, pas plus de 20-25cl, et pas tous les jours.

Si cette limite est dépassée, les risques augmentent. Le vin et l’alcool exercent une influence sur l’apparition de maladie tels que le cancer ou bien des troubles digestifs et/ou nerveux, Santé Publique France n’aura de cesse de vous le répéter.

Santé : le vin est-il vraiment bon pour le corps ?

Parce qu’il contient du polyphénol, le vin rouge semble finalement plus sain et meilleur pour la santé que le vin blanc. Pourtant, le vin blanc peut également faire ses preuves, surtout lorsqu’il est de haute qualité.

Mais si le vin contient des antioxydants et du resvératrol, il contient aussi de l’éthanol. Le vin étant un alcool, l’un de ses principaux composants n’est autre que l’éthanol. S’il présente des bienfaits pour la santé, il est seulement fait pour être savouré, à consommer donc, avec modération.

Une réaction? Une idée à partager? Laisser un commentaire