Notre e-sommelier

On vous conseille pour trouver le bon vin, et vous aide à retrouver votre facture et suivre votre colis.

Pour continuer, cliquez sur l'une des trois options

Un admin a pris la main

Livraison gratuite à partir de 199€ d'achat

Retrait gratuit des commandes disponibles à la cave de D'or et de vins

Livraison gratuite à partir de 199€ d'achat

mon compte
panier
0
Accords mets et vinsVins

Connaître le vin : les bases de la dégustation

Zoé
6 juin 2024
Aucun commentaire

Loin d’être une simple question de goût, la dégustation du vin est un art à part entière, profondément enraciné dans la culture et l’histoire de la France. Dans cet article, nous vous proposons de devenir un explorateur du vin. Guidés par nos conseils avisés, vous apprendrez à observer sa robe, à humer ses arômes et à déguster ses nuances. Que vous soyez un amateur éclairé ou un novice curieux, ce guide vous accompagnera pas à pas dans l’apprentissage des bases. Au-delà de la simple dégustation, nous aborderons également les conseils pratiques qui vous aideront à devenir un véritable expert en vin. Du choix du contenant idéal à l’art subtil des accords mets-vins, en passant par l’importance cruciale de la température de service, vous découvrirez les clés pour sublimer chaque dégustation et épater vos convives.

Image d'une personne servant des verres de vin blanc

La vinification et les cépages : Des clés pour comprendre la diversité des vins

L’influence de la vinification : Barriques, fûts et cuves

Le vin n’est pas seulement le fruit d’un raisin, mais aussi le résultat d’un processus complexe appelé vinification. Cette étape cruciale façonne le caractère du vin en influençant sa structure, son goût et sa teneur en alcool. L’un des éléments clés de la vinification est le choix du contenant. Les vignerons disposent d’une palette de choix, chacun apportant ses propres caractéristiques au vin :

  • Les barriques sont utilisées pour l’élevage des vins rouges et certains vins blancs de grande qualité. Cela confère au vin des arômes complexes et une structure tannique raffinée. Le vin entre en contact direct avec le bois du fût, ce qui lui permet d’absorber des notes de vanille, d’épices, de café, de noix grillées et de cacao. Les barriques, en raison de leur porosité, permettent une micro-oxygénation progressive du vin. Ce phénomène favorise la complexité aromatique, la rondeur en bouche et la souplesse des tanins.
  • Les fûts de chêne sont similaires aux barriques mais de plus grande taille, les fûts offrent des arômes boisés plus subtils et une influence moins marquée sur la structure tannique en raison de leur capacité plus élevée. Cela permet d’obtenir des vins avec une touche boisée plus discrète tout en préservant l’équilibre entre le fruit et le bois.
  • Les cuves en acier inoxydable sont les contenants les plus couramment utilisés pour la fermentation et le stockage du vin. Leur neutralité permet de préserver les arômes primaires du raisin, tels que les fruits rouges, les agrumes ou les fleurs, offrant ainsi des vins avec une expression pure et fraîche du fruit.
  • Les cuves en béton offrent une palette aromatique et une texture uniques aux vins. Le béton préserve l’intégrité des arômes primaires du raisin, offrant une expression pure et authentique du fruit. Les vins élevés en cuve béton se distinguent par leur fraîcheur et leur minéralité.

L’empreinte du cépage : Spécificités aromatiques et tanniques

Chaque cépage apporte sa propre empreinte caractéristique aux vins qu’il produit. Les spécificités aromatiques, tanniques et d’acidité varient en fonction du terroir, du climat et des pratiques de vinification, mais chaque cépage a tendance à présenter certaines caractéristiques distinctives. Les vignerons, fins connaisseurs des cépages qu’ils cultivent, sélectionnent les parcelles les plus adaptées à chaque variété pour exprimer pleinement leur potentiel.

  • Les cépages rouges peuvent offrir une large gamme d’arômes, allant des fruits rouges et noirs aux épices, en passant par les notes florales et terreuses. Certains cépages, comme le Pinot Noir, sont réputés pour leur délicatesse et leur complexité aromatique. D’autres, comme le Cabernet Sauvignon, sont plus puissants et structurés, avec des tanins fermes et une longue finale en bouche.
  • Les cépages blancs se caractérisent par leur fraîcheur, leur vivacité et leur palette aromatique variée. Le Chardonnay, par exemple, peut produire des vins riches et opulents, tandis que le Sauvignon Blanc est connu pour sa fraîcheur et son caractère vif.

Déguster un vin : Oeil, nez et bouche

L’oeil : Décrypter les secrets de la robe

Lorsque nous observons un verre de vin, notre premier contact avec cette boisson se fait à travers la vue. La couleur et la clarté de la robe du vin nous offrent des indices sur son âge, sa concentration et même son potentiel de dégustation.

  • Regardez la couleur : La teinte et l’intensité du vin peuvent vous en dire beaucoup sur son caractère.
    • Pour les vins blancs, une teinte jaune pâle voire verdâtre peut indiquer un vin jeune et frais, tandis qu’un blanc doré ou ambré suggère souvent un vieillissement en fût de chêne, ajoutant ainsi des aromatiques supplémentaires.
    • Du côté des rouges, une couleur rubis vive peut présager un vin fruité et jeune. Un rouge grenat plus profond peut révéler une maturité et une structure tannique plus développées.
  • Observez la clarté : La transparence du vin est également importante.
    • Une clarté cristalline est souvent associée à des vins blancs secs et fruités, mettant en valeur leur fraîcheur et leur pureté.
    • Pour les vins rouges, une légère opacité peut être le signe d’une plus grande concentration en couleur et en saveurs.
  • Évaluez la viscosité : En inclinant délicatement votre verre de vin et en l’agitant légèrement, observez la manière dont il adhère aux parois. Si vous remarquez des “larmes” persistantes sur le verre, cela peut indiquer un vin plus riche et plus texturé en bouche, avec une sensation de corps plus pleine et une finale prolongée.
Image de Quentin observant la robe d'un vin (première étape de la dégustation)

Le nez : Un voyage olfactif à travers les arômes

Maintenant que vous avez exploré visuellement la robe du vin, c’est l’heure de l’exploration olfactive. Le nez du vin se décompose en deux phases : le premier nez et le deuxième nez.

Image de Michel sentant un verre de vin rouge (deuxième étape de la dégustation)

Premier nez (sans remuer le verre) : Cette première phase consiste à humer le vin dans le verre sans le remuer. C’est l’occasion de percevoir les arômes les plus saillants, ceux qui se dévoilent dès le premier contact. C’est également l’occasion de déceler les potentiel dérivés du vin, tels que le goût de bouchon.
Deuxième nez (après avoir remué le verre) : La seconde phase permet de révéler les notes plus subtils et cachés, ceux qui émergent après avoir agité délicatement le verre. C’est une étape essentielle pour apprécier pleinement la complexité aromatique du vin.

 La bouche : Savourer les saveurs du vin

Après l’exploration olfactive, c’est le moment tant attendu de goûter au vin ! La dégustation en bouche se divise généralement en trois étapes distinctes. 

Image de Jean-Luc goûtant un verre de vin rouge (dernière étape de la dégustation)

L’attaque : C’est la première gorgée. Cette étape consiste à évaluer la texture du vin, son acidité, sa douceur et son amertume initiale dès qu’il entre en contact avec votre langue.
Le milieu de bouche : Après l’attaque initiale, le vin se développe dans votre palais, révélant ses différentes nuances, sa complexité et sa structure. 
La finale : C’est la sensation que le vin laisse en bouche après avoir été avalé. Cette étape permet d’évaluer la longueur et la persistance des saveurs. 

Conseils pratiques : Devenir un expert en dégustation

Choix du verre : Le compagnon idéal de chaque dégustation

Le récipient joue un rôle crucial dans l’appréciation du vin. Sa forme et sa taille influencent la perception des arômes et des goûts, révélant la complexité et la personnalité de chaque cru. 

  • Vin rouge : Optez pour un calice large et profond avec un bord légèrement évasé. Les vins rouges ont besoin de beaucoup d’espace pour s’exprimer pleinement, permettant ainsi une meilleure aération et une libération maximale des arômes. 
  • Vin blanc : Préférez un ballon plus étroit et petit. Cette forme permet de maintenir la fraîcheur du vin en concentrant les arômes et en évitant que l’équilibre délicat des saveurs ne se volatilise trop rapidement. De plus, un verre étroit permet au vin blanc de conserver sa température plus longtemps, ce qui est essentiel pour apprécier pleinement sa fraîcheur et sa vivacité.

Accords mets et vins : L’harmonie parfaite entre cuisine et vin

Une expérience de dégustation véritablement mémorable ne serait pas complète sans une réflexion sur les accords mets et vins. Pour déguster un vin dans toute sa splendeur, il est essentiel de l’associer à des mets qui le sublimera. Voici quelques principes de base à garder à l’esprit :

  • Complémentarité : Cherchez des accords où les saveurs du plat et du vin se complètent et se renforcent mutuellement. Par exemple, un vin blanc frais et acidulé peut être parfaitement mis en valeur par des fruits de mer, tandis qu’un vin rouge corsé peut sublimer une viande.
  • Régionalité : Prenez en considération les traditions culinaires régionales lors du choix de vos accords mets et vins. Les vins locaux ont souvent été produits pour accompagner les plats régionaux, ce qui en fait des partenaires naturels et complémentaires.
  • Expérimentation : Ne craignez pas d’expérimenter ! La dégustation de différents vins avec un même plat ou de différents plats avec un même vin peut révéler des associations surprenantes.

Bonne température : Révéler le potentiel du vin

La température de service du vin est un élément souvent négligé mais crucial pour apprécier pleinement ses qualités aromatiques et gustatives. Voici quelques lignes directrices pour servir votre vin à la température idéale :

  • Vin blanc : Pour un vin blanc sec comme un Sauvignon Blanc ou un Chardonnay, visez une température de service entre 10 et 12°C. Cette fraîcheur mettra en valeur ses notes délicates et sa vivacité en bouche. Pour un vin blanc moelleux comme un Sauternes, optez pour une température légèrement plus fraîche, entre 8 et 10°C, afin de préserver son équilibre sucré et sa touche subtile.
  • Vin rouge : Pour un vin rouge léger tel qu’un Pinot Noir, une température de service entre 12 et 14°C est idéale. La fraîcheur mettra en valeur ses arômes délicats de fruits rouges et d’épices. En revanche, un vin rouge corsé comme un Cabernet Sauvignon ou un Syrah s’épanouira à une température légèrement plus élevée, entre 16 et 18°C, permettant ainsi à ses tanins de s’assouplir et à ses saveurs de se révéler pleinement.
  • Vin rosé et champagne : Pour un vin rosé frais et fruité comme un rosé de Provence ou d’Anjou, servez-le entre 8 et 10°C pour préserver sa fraîcheur et ses arômes délicats.

N’oubliez pas que ces températures ne sont que des indications. Le plus important est de trouver celle qui vous plaît le plus. 

L’aventure de la dégustation : Un plaisir sans fin !

Vous avez maintenant parcouru les bases pour déguster un vin et vous êtes prêt à devenir un véritable expert en la matière ! N’oubliez pas que la dégustation de vin est avant tout un moment de plaisir et de partage. Prenez le temps de savourer chaque gorgée, d’échanger vos impressions avec vos amis et de vous laisser guider par vos propres goûts. Avec un peu de pratique et un désir d’apprendre, vous deviendrez un expert en dégustation et pourrez partager votre amour du vin avec ceux qui vous entourent.

J'aime 27 Partager Tweeter Partager Épingler

Article suivant

Du vin sur Mars ? 

Recommandé pour vous